15/9 de tension : est-ce beaucoup ?

Vous connaissez la pression artérielle normale lorsque le cœur est au repos ? Quand les chiffres du tensiomètre indiquent 15/9 de tension, c’est de l’hypertension. Attention !

Selon les derniers chiffres publiés par Santé publique France en 2023, près de 17 millions de personnes souffrent d’hypertension artérielle (HTA). Bon nombre d’entre eux ne suivent aucun traitement pour y remédier. En même temps, dans la majorité des cas, cette maladie chronique se vit sans symptômes, jusqu’à un certain âge. Le seul moyen de la diagnostiquer est de consulter un médecin pour qu’il mesure la tension. Vous pouvez aussi vérifier vous-même votre pression artérielle à l’aide d’un tensiomètre.

Votre sang n’a fait qu’un tour et votre cœur a battu la chamade quand l’appareil d’automesure a indiqué 15/9 de tension ? Mille et une questions vous turlupinent : Quel risque sur la santé ? Quelles sont exactement les valeurs de référence chez les hommes et les femmes ? Quels sont les chiffres qui doivent alerter ? Découvrez les réponses dans le présent article.

Comment comprendre le terme « pression artérielle » ?

La tension artérielle désigne la force de pression du sang dans les parois des artères. À l’âge adulte, celle-ci est normale lorsque les valeurs avoisinent les 120-80 mmHg (millimètres de mercure). Comprenez que le premier chiffre doit être entre 12 et 13, tandis que le deuxième doit toujours se situer aux alentours de 8.

Toutefois, il importe de préciser que la tension artérielle fluctue tout au long de la journée et qu’elle varie également selon votre état de santé. Ainsi, elle est généralement élevée après un effort physique et lorsque vous êtes fatigués. Il en est de même lorsque vous subissez un stress intense. Vous pouvez donc avoir 15/9 de tension juste après une séance de footing, même en étant en bonne santé. En revanche, la tension artérielle est basse le matin au réveil et lorsque vous êtes au repos.

Comment évaluer la tension artérielle ?

La pression artérielle se mesure à l’aide d’un tensiomètre. Concrètement, deux valeurs indiquent le niveau de pression dans le sang, à savoir :

  • La pression artérielle systolique : désignant le premier chiffre (le plus grand) d’une mesure de pression, elle correspond à la phase de contraction du cœur qui envoie le sang dans l’ensemble du corps ;
  • La pression artérielle diastolique : faisant référence au second chiffre, elle indique la pression du cœur lorsqu’il se relâche et qu’il est au repos.

Ainsi, lorsque votre médecin vous fait savoir que votre tension artérielle est de 120 sur 80, cela signifie que votre pression artérielle systolique s’élève à 120 mmHg et que votre pression artérielle diastolique s’établit à 80 mmHg.

À quel moment les chiffres indiquent une hypertension ?

Elle est normale lorsque les valeurs sont inférieures à 14/9 (c’est-à-dire 140 mmHg pour la systolique et 90 mmHg pour la diastolique). En revanche, elles doivent être supérieures à 10/7. En deçà de ces chiffres, on parle d’hypotension. Un état de santé qui peut provoquer des étourdissements, des évanouissements, voire un état de choc. À noter qu’une hypotension récurrente peut signifier que vous n’avez pas suffisamment de sang dans votre corps ou que les artérioles se dilatent. Une telle tension artérielle peut aussi laisser présager une maladie cardiaque.

En revanche, lorsque la pression artérielle est supérieure ou égale à 14/9, vous avez affaire à un cas d’hypertension artérielle. Toujours est-il qu’avoir 15/9 de tension sans raison apparente s’avère néfaste pour la santé. En effet, il s’agit d’un facteur de risque majeur de complications cardiovasculaires, cérébrovasculaires ou neurodégénératives. Ainsi, lorsque l’hypertension artérielle n’est pas contrôlée, le patient peut, entre autres :

  • Augmenter ses chances de développer la maladie d’Alzheimer ;
  • Contracter un infarctus du myocarde ;
  • S’attendre à un accident vasculaire cérébral (AVC) ;
  • Souffrir d’une maladie coronarienne (les artères principales qui alimentent le cœur sont recouvertes de plaques).

VOIR AUSSI : Quelle est la fréquence cardiaque normale en fonction de l’âge ?

Quels sont les symptômes d’une hypertension artérielle ?

Pouvant affecter les vaisseaux sanguins et endommager les tissus sanguins, l’hypertension artérielle ne présente généralement aucun symptôme immédiat. Cette maladie est d’ailleurs surnommée « le tueur silencieux ». Le seul moyen de savoir si vous présentez une pression artérielle élevée est de la contrôler régulièrement. Pour cela, les professionnels de la santé utilisent un sphygmomanomètre, c’est-à-dire un brassard gonflable relié à un manomètre à mercure que vous placerez autour de votre bras.

En l’absence de symptômes, pensez donc à effectuer un check-up une à deux fois par an. Vous vous sentez faible ou fatigués ? Vous souffrez de maux de tête inhabituels ou de douleurs dans la poitrine ? Dans ces cas de figure, parlez-en à votre médecin traitant généraliste. En plus de diagnostiquer une éventuelle hypertension (ou hypotension), celui-ci effectuera des examens plus approfondis.

Quels sont les causes et les facteurs de risque ?

Plusieurs causes peuvent expliquer une tension artérielle élevée. Parmi elles figure la vieillesse. Dans le détail, les artères perdent en élasticité avec l’âge. Le stress peut aussi faire grimper temporairement les chiffres. Le surpoids constitue un facteur de risque d’hypertension dans la mesure où l’excès de graisse accroît la résistance vasculaire et donc le travail du cœur. À cette liste s’ajoutent l’hérédité, le diabète, une mauvaise alimentation, ainsi quela prise de certains médicaments (ciclosporine, érythropoïétine…).

Un adulte sur trois est concerné par ce problème de santé et que seule la moitié d’entre eux en est consciente. Or, dans certains cas, un changement de mode de vie suffit pour normaliser sa pression artérielle. Cela consiste à :

  • Éviter les repas trop gras, trop riches en sucre et trop salés.
  • Privilégier les fruits et les légumes.
  • Réduire la consommation d’alcool.
  • Arrêter la cigarette.
  • Pratiquer une activité physique régulière.
  • S’adonner à des activités de relaxation ou de méditation pour apprendre à gérer le stress.

15/9 de tension : est-ce qu’il faut se rendre chez le médecin ?

En l’absence de symptômes tels que des maux de tête intenses, des vertiges ou d’autres signes de souffrance viscérale, inutile de paniquer. L’hypertension artérielle est certainement ponctuelle et peut être provoquée par un épisode de stress ou de fatigue. À titre d’exemple, le fait de se rendre à pied chez son médecin peut fausser les résultats. Néanmoins, vous devez vous assurer qu’il ne s’agit pas d’un état permanent en vous faisant examiner régulièrement.

Obtenir un rendez-vous auprès de votre médecin relève du parcours du combattant ? C’est parti pour la mesure de la tension artérielle depuis le domicile. Pour cela, il vous suffit de vous munir d’un appareil d’automesure. Vous préférez l’autotensiomètre à brassard huméral ou celui qui s’adapte au poignet ? L’un et l’autre sont efficaces, du moment que vous les utilisez comme il faut.

Comment bien utiliser l’autotensiomètre ?

Tout d’abord, ne fumez pas et ne prenez aucun excitant dans l’heure qui précède la mesure de la tension. Il est important d’être calme lorsque vous prélevez les chiffres. Si vous optez pour l’autotensiomètre à brassard huméral, utilisez un équipement de taille adaptée pour ne pas fausser les résultats, puis procédez comme suit :

  • Asseyez-vous en veillant à bien poser les pieds à terre ;
  • Posez votre bras gauche dénudé à plat sur une table ;
  • Enfilez le brassard en veillant à ce que le bord inférieur du brassard reste au-dessus du pli du coude.

Si vous utilisez un autotensiomètre qui s’adapte au poignet, suivez les étapes suivantes :

  • Posez le coude sur la table ;
  • Étendez le bras et décontractez-le ;
  • Positionnez l’appareil sur la face antérieure du poignet ;
  • Ramenez le bras au cœur ;
  • Ne bougez pas et restez détendu lorsque vous déclenchez la mesure.

Comment réagir quand les chiffres sont réellement alarmants ?

À partir de 18/10, on parle d’hypertension sévère (également appelée hypertension de grade 3). Là encore, une telle situation d’élévation tensionnelle ne présente aucun risque pour la santé lorsqu’elle n’impacte pas les organes. Les professionnels de la santé évoquent d’ailleurs une élévation tensionnelle simple sans souffrance viscérale immédiate.

En revanche, lorsque le pronostic vital à très court terme est mis en jeu, vous faites face à une urgence hypertensive. Concrètement, l’hypertension est accompagnée de divers signes de complication cardiaque, cérébrale, oculaire ou rénale. Il peut notamment s’agir d’une douleur thoracique, d’une difficulté à respirer ou d’une baisse de l’acuité visuelle.

Dans ce cas de figure, il convient de prendre une autre mesure après s’être reposés cinq minutes afin de confirmer le niveau élevé de pression artérielle. Et si les chiffres se confirment, il faut immédiatement se rendre aux urgences.

Conclusion

Vous l’aurez compris, vos constantes peuvent fluctuer tout au long de votre vie. C’est paradoxal, n’est-ce pas ? L’âge, le mode de vie, le poids, ainsi que l’état de santé peuvent influer légèrement sur la pression artérielle.

Néanmoins si vous êtes de nature hypotendue, mais que vous avez subitement 15/9 de tension, c’est problématique. Si vous avez déjà pris les mesures nécessaires pour améliorer votre hygiène de vie, mais que les chiffres restent élevés, pensez consulter un médecin. Celui-ci vous prescrira alors un traitement médicamenteux.

5/5 - (1 vote)

Sujets proches

Vous êtes surmené ? Les meilleures astuces pour combattre le stress

Alice Maréchal

Votre médecin ne vous comprend pas ?

Régis

Vivre longtemps avec une insuffisance rénale chronique : comment ralentir la maladie ?

Miora

Vieillir à la maison : comment adapter le logement ?

FOCM

Une bonne literie pour bien dormir

Malika

Un site vous aide à dénicher le bon établissement de santé

Malika

Donner son avis sur ce sujet