Invalidité : augmentation du plafond de l’allocation supplémentaire jusqu’à 800 € par mois

L’ASI (Allocation Supplémentaire d’Invalidité) est une aide financière de l’État qui vient s’ajouter à la pension d’invalidité pour subvenir aux besoins des personnes en situation d’invalidité. Annoncée pour le 1er avril 2020, la réforme d’augmentation du plafond de cette allocation n’a pris ses effets que le 14 octobre dernier.

Une augmentation du plafond jusqu’à 800 euros par mois

Tout d’abord, il est nécessaire de faire un point sur l’utilité de l’ASI. Cette aide financière est versée aux personnes en situation d’invalidité dont les ressources sont peu élevées et selon certaines conditions :

  • résider en France ou posséder un titre de séjour,
  • toucher une pension d’invalidité, de réversion ou de retraite anticipée,
  • être atteint d’une invalidité réduisant l’aptitude au travail,
  • disposer de faibles revenus.

Concrètement, cette allocation vient se combiner avec la pension d’invalidité de manière à respecter le plafond minimum de revenus pour une personne. Avant le 14 octobre 2020, le plafond de ressources n’était que de 750 € par mois, ce qui veut dire que l’ASI versait à ses allocataires le montant nécessaire pour atteindre ces 750 €. Depuis la réforme, la Sécurité sociale doit verser un montant pour atteindre le nouveau plafond placé à 800 € par mois. Pour rappel, le nombre d’allocataires s’élevait à 71 632 en 2019.

Pension d’invalidité : une aide pour contrer l’incapacité de travailler

Dans beaucoup de pays européens, pour compenser la perte de revenus résultant d’une maladie grave ou d’un accident d’origine non-professionnelle, il est possible de débloquer le droit à une pension d’invalidité en Espagne, en France ou encore en Allemagne. Cependant, pour bénéficier de cette aide financière, il faut tout de même respecter quelques conditions :

  • ne pas avoir atteint l’âge légal de la retraite,
  • ne plus être en capacité de travail ou qu’à un tiers du temps habituel,
  • de justifier d’au moins 600 heures de travail salarié au cours des 12 mois qui ont précédé l’arrêt de travail.

Pour se faire déclarer comme invalide par la sécurité sociale, il faut que le salarié envoie une demande au médecin de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). C’est ce docteur qui décidera de la catégorie dans laquelle le patient peut s’inscrire. En effet, il existe 3 catégories différentes d’invalidité pour déterminer avec précision le montant total de l’indemnité.

  • Catégorie 1 : le salarié est toujours dans la capacité de travailler à 2/3 de son temps de travail habituel.
  • Catégorie 2 : la personne n’est plus en capacité de poursuivre l’exercice de sa profession.
  • Catégorie 3 : la personne n’est plus en capacité de travailler et nécessite l’aide d’une tierce personne pour l’aider.

En bref, la pension d’invalidité est utilisée lorsque certaines pathologies se déclarent chez des patients : stress, angoisse, maladies dégénératives, maladies neurologiques, etc.

Sujets proches

Mutuelle d’entreprise : comment savoir si elle est bonne ?

Régis

Douleur au bras gauche : le stress est-il responsable ?

Régis

Sclérose en plaques : 4 idées reçues à bannir pour mieux vivre avec la maladie

Malika

Donner son avis sur ce sujet