Sécurité sociale : hausse des maisons de naissance pour 2021

En expérimentation en France depuis 2016, les maisons de naissance ont su convaincre. Le nouveau projet de loi de financement de la sécurité sociale a décidé d’élargir les maisons de naissance sur tout le territoire français, et de pérenniser celles déjà existantes.

Les maisons de naissance dressent un bilan positif

Les maisons de naissance ont été testées pendant cinq ans et elles ont su garantir leur avenir : le gouvernement a annoncé dans son projet de loi sur le financement de la sécurité sociale pour 2021 qu’il entendait bien enrichir l’offre actuelle. Plusieurs points positifs sont remontés de ces années d’expérimentations : la qualité et la sécurité des soins prodigués, l’efficacité de la prise en charge, la diversité d’approches apportée aux femmes et aux couples. Ces structures souhaitent valoriser les suivis personnalisés et une relation de proximité entre le personnel soignant, la femme enceinte et la famille.

Une admission stricte

Les maisons de naissances diffèrent des hôpitaux et des cliniques : l’accouchement est assisté uniquement par des sages-femmes dans un établissement réservé aux femmes présentant une grossesse à bas risque.  L’admission se fait uniquement au terme d’un bilan complet, afin de vérifier que la potentielle future patiente ne souffre pas de problèmes de santé quelconque nécessitant une prise en charge médicale plus importante. Tout le monde ne peut donc pas s’inscrire dans ces établissements, notamment les femmes enceintes de jumeaux, ou celles qui ont déjà eu des difficultés d’ordre médicales lors de précédents accouchements.

Une fois que la future maman a mis au monde son enfant, les formalités administratives ne diffèrent pas avec celles effectuées dans le cadre d’un accouchement classique à l’hôpital. Un acte de naissance est établi par un officier de l’état civil lors de la déclaration de naissance par l’un des deux parents. Il peut d’ailleurs être demandé facilement grâce à ce formulaire en ligne.

Une gestion des risques efficace

Tous les examens habituels qui surviennent en amont de l’accouchement sont aussi réalisés au sein de la maison de naissance, comme le dépistage du diabète gestationnel ou de la trisomie 21. Les femmes enceintes peuvent aussi assister à des ateliers de préparation à la naissance, et c’est la sage-femme qui les suit depuis le début de leur grossesse qui s’occupe de leur accouchement.

Ces structures sont néanmoins installées près des maternités partenaires, ce qui permet un transfert rapide des patientes si jamais l’accouchement se complique, ou que la future maman a besoin d’une péridurale ou d’une césarienne. Certaines maisons de naissance sont même complètement intégrées au sein d’un hôpital, bien qu’elles restent une unité indépendante.

Isabelle Chevalier, sage-femme en charge d’une ouverture d’une maison de naissance à Pontoise, indique que seules 15 à 20 % des femmes suivies sont finalement orientées vers un service médicalisé au moment de leur grossesse, ou de leur accouchement.

 

 

 

 

 

 

 

Sujets proches

Les fruits dans la nutrition : quelques infos surprenantes

Régis

Comment bien choisir sa literie pour bien dormir

Malika

Ne vous laissez pas abuser par vos salariés

Malika

Donner son avis sur ce sujet