Comment se remettre plus vite d’une entorse ?

Vous venez de vous faire une torsion et immédiatement après, une forte douleur vous envahit. Vous regardez le membre et il devient bleuté ou gonfle. Le constat est clair : vous êtes victime d’une entorse.
La première bonne nouvelle d’une entorse, c’est qu’il n’y a pas de fracture. La seconde, c’est que s’en remettre n’est pas compliqué si vous suivez une phase de repos et mettez en œuvre quelques protections rapides.

Peut-on ne rien faire ?

Il est courant de ne pas guérir l’entorse, de serrer les dents et de continuer malgré la douleur. Malheureusement, ce réflexe n’est pas sans conséquence sur votre corps. Vous serez davantage fragile et vous aurez plus facilement une seconde entorse.
Pis, une entorse mal guérie peut faire resurgir des douleurs ponctuelles ou des gonflements sur le long terme.
Cela est encore plus vrai quand c’est une entorse du genou avec gonflement immédiat. Des marches longues ou des courses futures pourraient réveiller le gonflement quelques mois après.

Les premières (bons) réflexes après une entorse

Il est important de vite refroidir la zone touchée pour limiter le gonflement. Appliquez une poche de glace pendant une dizaine de minutes, cessez, puis recommencez quelques minutes après.
Si la douleur est très forte, prenez un cachet contre la douleur.
Ensuite, les prochains conseils dépendent de la zone touchée. Pour une cheville, il est mieux de la surélever un peu. Par exemple, vous pourriez vous allonger sur le lit, empiler au bout deux coussins et poser votre pied dessus.
Pour un genou, faites la même chose en ajoutant un bandage peu serré sur l’articulation. Cela évitera que le genou ne bouge trop lors de vos mouvements sans bloquer pour autant la circulation sanguine.
Pour le doigt, les hôpitaux préfèrent faire une attelle en mettant de la bande autour de deux doigts.

Que faire si la douleur est trop forte ou perdure ?

Si malgré le froid, le cachet contre la douleur et le membre surélevé, la douleur est trop forte, vous devez envisager d’aller chez le médecin. Il ne faut pas oublier que le lendemain de l’entorse, particulièrement au réveil, est le moment où la douleur est la plus forte.
Le médecin vous fera passer une radio pour exclure les risques de fracture et voir la gravité de l’entorse. En cas de très grosse entorse, un traitement chirurgical peut être nécessaire, mais cela reste rare.
Par exemple, pour une entorse du doigt, l’opération n’intervient que quand le doigt reste enraidi après une période d’immobilisation.
Pour la cheville et le genou, avant toute intervention, un plâtre est généralement posé. Il se garde entre deux semaines et deux mois. Un plâtre vous handicape considérablement dans votre mobilité au quotidien, mais rappelez-vous que les médecins ne proposent pas cette solution par facilité. S’ils vous recommandent un plâtre, c’est parce qu’il est requis pour éviter des complications à long terme.

Que se passe-t-il après la guérison ?

Pour les grosses entorses, des séances de kiné sont prescrites. L’objectif est de remuscler la zone pour pouvoir mieux résister aux futures torsions. Un travail sur l’équilibre peut également être recommandé, notamment pour les personnes qui ont souvent des entorses de la cheville.
Par la suite, des protections temporaires (chevillère, genouillère…) peuvent aider, mais il est essentiel de surtout vous muscler pour éviter la rechute.

Sujets proches

Les fruits dans la nutrition : quelques infos surprenantes

Régis

Médicaments anti-douleurs : un danger pour la santé ?

Régis

Votre médecin ne vous comprend pas ?

Régis

Donner son avis sur ce sujet