EVALI : que sait-on des lésions pulmonaires provoquées par le vapotage ?

Les études en faveur du vapotage se multiplient, notamment pour souligner son avantage sur la cigarette classique. Cependant, alors que la cigarette électronique a envahi notre quotidien depuis plus de dix ans maintenant, les premières études sur les conséquences à long terme sont réalisées. Elles sont moins favorables au vapotage, notamment à cause de lésions pulmonaires baptisées EVALI : (e-cigarette or vaping associated lung injury).

Qu’est-ce que la maladie EVALI ?

Evali, aussi appelée pneumopathie associée au vapotage (PAV), est maladie pulmonaire grave, mortelle même, qui serait particulièrement liée à l’inhalation de liquides à vapoter. Les premiers cas de pneumopathie sévères liés à la cigarette électronique seraient apparus en avril 2019 aux États-Unis. Les premiers articles scientifiques sur le sujet ont été publiés dès le mois de septembre 2019.

Les cas recensés impliquaient presque tous des antécédents communs : l’utilisation de liquides conçus pour le vapotage et la consommation de produits à fumer contenant du THC. Certains fumaient du cannabis en plus du vapotage et d’autre vapotaient directement des liquides de cigarettes électroniques contenant du THC.

Enfin, les études produites depuis mettent en avant la potentielle responsabilité d’un additif présent dans certains e-liquide : l’acétate de vitamine E. Toutefois, aucune preuve formelle et définitive n’a pu être produite jusqu’à présent.

Les données disponibles sont encore peu nombreuses, mais la plupart des patients morts de la maladie EVALI sont décédés quelques jours après avoir consommé un e-liquide contenant du THC. Il ne s’agit donc a priori pas d’une maladie chronique que le vapotage provoquerait sur le long terme, même si cette théorie n’est pas encore exclue.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

Le fonctionnement de la maladie evali est encore mal compris et mal connu. Résultat, parmi les milliers de produits qui composent les milliers de liquides pour cigarettes électroniques, il est presque impossible de déterminer lesquels seraient responsables de la maladie evali. Néanmoins, grâce aux cas recensés, les scientifiques ont pu dresser une première liste des ingrédients les plus présents dans la consommation récente des patients affectés.

En première position, on retrouve les e-liquides de la marque Dank Vape. Elle s’est spécialisée dans la production de liquides pour cigarettes électroniques contenant du THC. Il semblerait donc que l’interaction entre le THC et les autres composants, mais aussi la réaction du THC à l’inhalation par vaporisation, soient potentiellement à l’origine de certains cas de la maladie Evali.

Nous avons également déjà cité la suspicion qui entoure l’acétate de vitamine E, mais ce n’est pas le seul produit présent dans les e-liquides à inquiéter les chercheurs. Il semblerait également que l’interaction des triglycérides, des huiles végétales, des terpènes et des distillats de pétrole puisse être une des causes majeures des cas d’evali.

Quels sont les symptômes de la maladie EVALI ?

Les symptômes de la maladie evali sont assez vagues, mais rapidement inquiétants. Résultat, les patients qui en sont atteints ne tardent presque jamais à se rendre à l’hôpital. Les premiers symptômes à apparaître sont généralement :

  • Toux
  • Fatigue
  • Essoufflement
  • Courbatures et fièvres

Viennent ensuite les symptômes intestinaux. Ils ne sont cependant pas automatiques et ils arrivent parfois avant les symptômes respiratoires. Le plus souvent, ils sont :

  • Diarrhées
  • Nausées
  • Vomissements

Ces symptômes apparaissent généralement quelques jours, voire quelques semaines après que le patient a consommé le liquide de cigarette électronique.

Une pathologie difficile à diagnostiquer

Si cette pneumopathie associée au vapotage est difficile à diagnostiquer, c’est bien parce qu’elle ressemble énormément aux pneumopathies bactériennes classiques. Les urgences ont alors souvent traité les patients avec une antibiothérapie, pensant ralentir ou tuer les bactéries à l’origine de l’infection provoquant tous ces symptômes.

Pourtant, la maladie evali ne répond pas à l’antibiothérapie et ses symptômes continuent à s’aggraver. Ils mènent parfois même jusqu’à la détresse respiratoire et plusieurs patients ont été intubés et mis sous assistance respiratoire.

Pis encore, l’auscultation des poumons ne révèle presque jamais l’anomalie. Il faut réaliser des images des poumons, avec un scanner ou une IRM pour y découvrir parfois (rarement) des infiltrats pulmonaires. Dans la majorité des cas, les images ne révèlent rien. Les médecins doivent donc enquêter sur l’hygiène de vie des patients pour essayer de comprendre ce qui leur arrive.

La maladie EVALI (PAV) se soigne-t-elle ?

Pour le moment, il n’existe pas vraiment de traitement efficace contre cette pathologie pulmonaire liée au vapotage. Les antibiotiques sont inefficaces et les patients qui s’en sortent restent généralement plusieurs jours à l’hôpital pour suivre un traitement à base de corticostéroïdes.

Cette maladie est encore mal comprise et elle n’est donc pas bien traitée. Les médecins et la recherche en sont encore au stade de l’exploration.

Est-ce une nouvelle pathologie pulmonaire ?

Il est encore trop tôt pour le dire, mais les difficultés cliniques que présente cette maladie poussent à la considérer comme une nouvelle pathologie pulmonaire. Ses causes et son fonctionnement sont encore mal compris, faute de pouvoir produire des images claires de ses conséquences. Surtout, cette maladie est encore mal étudiée parce que le nombre de cas reste heureusement très faible.

Peut-on parler de maladie du vapotage ?

Il serait sans doute injuste de parler de maladie du vapotage puisque toutes les cigarettes électroniques et tous les e-liquides ne provoquent pas la maladie evali. En revanche, il est vrai que tous les patients atteints étaient des vapoteurs aguerris.

Il est encore trop tôt pour savoir s’il s’agit bien d’une maladie du vapotage ou non. Ce que craignent les chercheurs actuellement, c’est que certains liquides contenant du THC provoquent des formes accélérées de pathologies pulmonaires que tous les liquides de cigarettes électroniques pourraient provoquer sur le long terme. Malheureusement, la seule façon de le savoir, c’est d’attendre encore quelques années en continuant à observer les conséquences du vapotage à long terme.

Les risques du vapotage à long terme

Plus le temps passe, plus les études sur le vapotage révèlent les dangers qu’il peut représenter. En fait, ce sont surtout les produits contenus dans les liquides qui posent problème. Voici ce que l’on sait aujourd’hui de leurs effets à long terme :

  • Les humectants provoquent l’inflammation et la destruction des cellules respiratoires humaines.
  • Les produits aromatisants (non réglementés dans le cas de la vape) provoquent des lésions pulmonaires connues depuis longtemps. Les travailleurs dans les usines agroalimentaires en souffrent déjà depuis des décennies.
  • Les ingrédients chauffants provoquent l’apparition de plusieurs produits cancérogènes bien connus comme la vapeur de formaldéhyde (aussi présente dans le tabac des cigarettes).
  • Les métaux lourds que dégagent certaines bobines de chauffage métalliques se retrouvent ensuite dans l’organisme et favorisent l’apparition de cancers.

Sujets proches

Comment reconnaître un infarctus ?

Régis

Les causes d’une grossesse à risque

Régis

Boutons sur le pubis : quels sont les symptômes, causes et traitements possibles ?

Régis

Donner son avis sur ce sujet