La pelade, cette maladie qui vous fait perdre vos cheveux

Le corps est rempli de mystère. Chaque jour, il peut subir des changements et modifications qui paraissent incompréhensibles. Pourtant, la science trouve toujours un moyen d’expliquer les maux qui peuvent accabler les individus. Dans le cas d’une perte de cheveux soudaine et localisée, il peut être bon de se renseigner sur la pelade. Comprendre son origine et ses traitements saura sûrement aider à mieux vivre cette maladie.

Qu’est-ce que la pelade ?

Maladie aux causes encore peu connues, à l’évolution imprévisible et aux effets parfois chroniques, la pelade est un mal qui fragilise la confiance en eux de nombreux individus. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui frappe les cheveux d’une personne et entraîne leur perte. De nos jours, de nombreux spécialistes dermatologiques savent conseiller les malades touchés par la pelade afin de trouver un traitement approprié.

Puisqu’elle est auto-immune, cela signifie que le système immunitaire lui-même s’attaque aux cheveux. Elle se trouve généralement être génétique, et peut toucher les femmes comme les hommes et les enfants. Dans la majorité des cas, elle surviendra avant la vingtaine. Concrètement, la pelade se caractérise par des plaques rondes, elle touche les cheveux pigmentés et crée des zones dépourvues de poils.

S’il arrive que les plaques demeurent irréversiblement chauves, en règle générale, les cheveux ou les poils finissent par repousser. Les causes de la repousse ou de la perte de cheveux, toutefois, sont encore loin d’être tout à fait comprises. La pelade peut aussi toucher la barbe ou les sourcils, pas nécessairement que le cuir chevelu.

L’impact de la pelade sur le mental

Selon certaines observations, il arrive que des moments de stress intense puissent mener à une perte de cheveux subite en grande quantité. Toutefois, la pelade ne peut pas être directement liée à ces pertes. Les études, en effet, ne font pour l’instant aucun lien direct entre ces deux conditions. Pour autant, la pelade elle-même a un impact certain sur le mental des malades qui en souffrent.

Pour certains, cette perte de cheveux peut s’accompagner d’une forme de honte ou de gêne intense. Les plaques dépourvues de cheveux se remarquent forcément et peuvent atteindre des circonférences importantes. Quand des individus portent une forte affection à leurs cheveux, notamment, cette perte peut déstabiliser.

Puisqu’elle ne s’explique pas forcément, la pelade crée également une forme d’anxiété et de stress chez les malades. À l’instar d’une calvitie précoce, cette condition physique peut fortement affecter la confiance en soi d’une personne. Cela se révèle d’autant plus alors que la pelade touche une population assez jeune, parfois encore adolescente, où l’image de soi est peut-être déjà fragilisée.

Comment traiter cette maladie des cheveux ?

Afin d’apaiser le mal-être des individus qui sont touchés par cette maladie auto-immune, plusieurs options ont été trouvées. D’abord, malheureusement, beaucoup sont amenés à devoir faire preuve d’un peu de patience. En effet, en règle générale, les pertes de cheveux liées à la pelade sont momentanées. En quelques mois, la plaque peut révéler une guérison avec une pousse du cheveu habituelle. Dans l’attente de cette repousse, il peut être possible d’opter pour un crâne entièrement rasé ou pour des accessoires de beauté.

Toutefois, que faire quand la pelade se révèle chronique ? Comment envisager son apparence quand il n’est pas certain que l’état des plaques s’améliore ? Différents traitements sont envisagés, qui varient selon le type de pelade dont il est question et, bien sûr, de la sévérité de la maladie. Le médecin peut notamment prescrire des crèmes à base de corticoïdes ou du minoxidil, un traitement notamment utilisé pour soigner la calvitie.

De nouvelles solutions avant-gardistes sont aussi proposées par certains spécialistes. Il est alors question de traitement au laser, toujours en étude, mais qui annonce un progrès important pour la maladie, ou d’injections de PRP. Il s’agit de micro-injections de plaquettes de sang qui imite et encourage la repousse du poil de façon naturelle. Elles s’effectuent généralement en complément d’un traitement plus classique. Dans tous les cas, peu importe la gravité de la pelade qui touche l’individu, prendre conseil auprès d’un spécialiste sera essentiel pour envisager sereinement les solutions à cette phase parfois difficile.

Sujets proches

Comment reconnaître si l’on a une côte fêlée à la suite d’un choc ?

Régis

Prévention grippe : tout ce que vous devez savoir

Régis

Covid-19 : le stress continue d’augmenter dans le monde professionnel

Cécile

Donner son avis sur ce sujet