Covid-19 : le stress continue d’augmenter dans le monde professionnel

D’après une enquête récente, près de 48 % des salariés ont affirmé que la première vague de la crise sanitaire liée au Coronavirus a été particulièrement difficile à affronter. La plupart des collaborateurs ont affirmé que leur niveau de stress a pris de l’ampleur.

La crise sanitaire a amplifié le niveau de stress au travail

Les données recueillies par le biais d’une enquête menée auprès des collaborateurs et de leurs supérieurs ont mis en évidence un niveau de stress considérable sur le terrain. En effet, 48 % des salariés ont souffert du climat anxiogène généré par l’épidémie de Coronavirus. Parmi l’échantillonnage des personnes interrogées, 66 % des collaborateurs et 68 % des cadres dénoncent les impacts négatifs liés au stress sur leur santé morale et physique. De plus en plus de problèmes psychologiques graves tels que le burn-out ou la dépression sont diagnostiqués dans la population active.

Selon une étude comportementale, il en ressort notamment que les femmes seraient plus stressées que les hommes. Les femmes seraient en effet deux fois plus touchées par le phénomène du burn-out. Pour lutter contre un état de stress généralisé, différents moyens comme des ateliers permettant à chacun d’apprendre à gérer le stress au travail, sont accessibles aux particuliers et aux entreprises.

Depuis la crise sanitaire, une sensation de mal-être générale gagne l’esprit des Français, et particulièrement pendant le temps de travail. D’après un sondage réalisé, l’isolement, la perte de repères et la peur d’être licencié, sont à l’origine de cet état anxiogène. Le fait de devoir partager un espace restreint pendant le télétravail a été une source de stress supplémentaire.

Prévenir les risques psychosociaux

Si les managers sont nombreux à manifester de la bienveillance envers leurs équipes, un grand nombre d’entre eux déclarent que les actions de prévention des risques psychosociaux (RPS) ne sont pas suffisamment déployées. À ce jour, seulement 53 % des cadres ont été formés à identifier les signes RPS. Environ 59 % des dirigeants des entreprises ont affirmé, que des actions concrètes visant à favoriser le bien-être au travail ont été mises en œuvre.

Si la pression dans la vie professionnelle n’est pas inéluctable, de nombreuses personnes souffrent pourtant de troubles d’anxiété généralisés à cause de plusieurs facteurs. Le surmenage ou dans quelques cas le harcèlement sur le lieu de travail, peuvent être toxiques pour la santé mentale des travailleurs. Pour autant, si le burn-out était autrefois tabou, les PME s’inspirent de plus en plus des tendances actuelles autour du bien-être employées à travers le monde. En somme, être heureux au travail est aujourd’hui un droit légitime des travailleurs qui tend à se démocratiser pour les années à venir.

Sujets proches

Composer une trousse de secours naturelle pour l’été

Régis

Comment limiter les risques de cancer du foie ?

Régis

Prendre la température sous le bras : quelle efficacité ?

Régis

Donner son avis sur ce sujet